mardi 31 mai 2016

Genèse - Apocalypse - Résurrection

Ok, il faut bien l'admettre, le titre de cet article est pour le moins surprenant venant de la part d'un animal étrange rayé blanc et noir sur la croupe et qui ne croit en rien d'autre qu'en ses congénères. Mais il faut bien avouer que l'analogie avec ces épisodes bibliques reflète parfaitement la partie de la vie du Giraffidé qui nous intéresse aujourd'hui.

Genèse


Non cela ne s'est pas fait en sept jours et sept nuits, cela a pris quelques années, mais de tous temps l'attirance pour les objets s'est fait ressentir.

Et c'est par l'obligation de se meubler à petits prix que Le Giraffidé a commencé sa plongée dans l'univers infini de la brocante, des vides-greniers et autres dépôts-vente. Quand on a peu d'argent et un appartement vide, il faut choisir entre Ikea et Ikea... Et ça, désolé, mais ce n'était pas une option envisageable (même si Ikea fait des objets et des meubles tout à fait dignes, mais que l'on retrouve malheureusement chez tout le monde).

La réelle prise de conscience, de ce qui allait devenir une passion envahissante, a été provoqué par l'achat d'un canapé et d'un fauteuil Togo Ligne Roset pour la modique somme de 120 Francs et d'un fauteuil pied tulipe (toujours en fonction) pour la somme exorbitante de 200 Francs. Un choc, oui un choc de passer d'un vulgaire matelas pneumatique en guise de salon à ce qui reste jusqu'à aujourd'hui le meilleur canapé au monde aux yeux du Giraffidé (vous pourrez toujours lui dire le contraire, rien n'y fera !).

Bon, il n'avait pas vraiment cette tête là et l'appart' non plus d'ailleurs,
mais il était certainement tout aussi confortable !
Crédits : Ligne Roset © Ligne Roset et Maison a part

Apocalypse


Passons sur les années d'accumulation compulsive d'objets en tout genre, et sur l'envahissement progressif de son espace vital qui ont découlé de "la Genèse" pour directement se pencher sur l'Apocalypse selon Saint Giraffidé.

Comme chacun le sait, "l'enfer est pavé de bonnes intentions". Et c'est avec les meilleurs intentions, qu'après un changement de cap professionnel, l'animal à la croupe rayée décida de se lancer pour de bon dans ce qui était sa passion. 60 m3 de marchandise choisie devrait suffire pour amorcer la pompe et enfin justifier cette quête du Graal commune à tous les brocanteurs. Et ce fût chose faite.

Six belles années passèrent... Rythmées par les déballages, les adresses, les réveils aux aurores le week-end et quelques très jolies trouvailles.

HELIOS par Igor Mitoraj
Crédits : artnet.fr

Alors oui, il y eut des hauts et des bas, mais la passion et l'esprit de liberté ont toujours été plus forts, même dans les pires moments de doute. Et ce jusqu'à un certain 15 septembre 2008 qui vit le monde du Giraffidé s'écrouler de manière aussi brutale qu'inattendue. Car même si les signes avant-coureurs de ce désastre étaient bien visibles, les conséquences n'en furent pas moins dévastatrices. Le monde ne serait plus jamais comme avant désormais et la longue agonie de la petite entreprise giraffidesque commença.

Il fallut encore presque deux ans de plus pour atteindre le fond du trou et enfin se décider à jeter l'éponge. Deux ans durant lesquels la pression fût telle qu'elle empêchera le Giraffidé de repenser à sa passion pendant six longues années de traverser du désert avant que la rédemption ne soit complète.

Résurrection


Il faut croire que vivre en ascète a des vertus libératrices pour certaines personnes. Et six ans d'introspection et de privations ont permis au Giraffidé de retrouver un équilibre qu'il avait perdu. Alors non, le Giraffidé n'est pas devenu mystique, certainement pas ! Mais ses priorités ont changé, fondamentalement.

C'est ainsi qu'un beau dimanche ensoleillé de juin 2015 il s'est réveillé dans l'optique de retourner affronter les étals d'un vide grenier, et ce, dans l'optique unique de se faire plaisir.

Ce fût une révélation ! Presque identique à celle vécue des années auparavant lors de l'achat de ce "putain" de canapé Togo. Une matinée passée sur un nuage, avec une impression de maitrise, de détachement, un sentiment d'excitation intense pondéré par une sensation de sagesse face aux autres chineurs qu'il n'avait pas vu depuis de longues années. Le Giraffidé en est revenu aux anges !

Un an a passé depuis ce fameux matin et jamais le Giraffidé ne s'est départi depuis de ce qui l'a poussé à revenir vers sa passion. Il avait oublié, ou on lui avait fait oublier, la raison de sa passion, mais plus jamais il ne l'oubliera désormais. Du plaisir, rien que du plaisir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire